Historique

Historique

Il est rigoureusement impossible, à onze années de distance, de chercher à comparer la valeur absolue de deux parties, même quand elles relèvent du même contexte, à savoir une finale sur le Centre Court de Wimbledon. Le Djokovic-Federer de 2019 vaut-il, en termes de niveau de jeu, le Nadal-Federer de 2008? Sans doute pas, mais la question ne vaut pas qu'on y passe la nuit, même imbibé de Pimm's. Car il y a plus essentiel pour jauger la stature d'un match sa portée historique et le souvenir qu'il laissera aux milliers de spectateurs et aux millions de téléspectateurs par le monde.

De ce point de vue, l'immense choc qui a vu hier le seizième succès en Grand Chelem de Novak Djokovic se pose très haut dans l'étagère de l'histoire du jeu. Depuis le début de l'ère Open (1968) aucun champion n'avait remporté une finale de « W im' » en écartant une ou plusieurs balle(s) de match. En réalisant cet exploit, « D joko » rejoint un joueur tombé depuis dans les oubliettes, Bob Falkenburg, vainqueur de John Bromwich en 1948 après avoir sauvé trois balles de match à 3-5 dans le cinquième set. Mieux, il l'a réussi au terme d'un match insensé, d'une durée encore jamais enregistrée.

commentaires (32) commenter cet article
les mieux notés les plus récents
lamartine le 15 juillet 2019 à 10h44

le super tie break à 12/12 ne me choque pas, il évite que le match dure trop longtemps, et il arrive suffisamment tard pour que ce soit moins cruel qu'à 6/6…. imaginons que le combat s'éternise, s'il reprend le lendemain à cause de la nuit, ça change un peu les choses sportivement et c'est moins juste je trouve ! et puis la sacro-sainte règle des 2 points d'écart est respectée dans un tie-break ! donc ça me va

répondre
13
2
voir tous les commentaires... (32)
voir tout chrono, tennis
1 / 10