voir plus...

Finale du Top 14 : Clermont avance serein

Composé de joueurs moins marqués par les échecs précédents, le groupe clermontois s'avance vers la finale avec sérénité. Et veut en faire une force.

Composé de joueurs moins marqués par les échecs précédents, le groupe clermontois s'avance vers la finale avec sérénité. (R.Perrocheau/L'Equipe)

Finale du Top 14 : Clermont avance serein

Composé de joueurs moins marqués par les échecs précédents, le groupe clermontois s'avance vers la finale avec sérénité. Et veut en faire une force.

Il trône là, fièrement, porté à bout de bras par un Aurélien Rougerie de bronze. Sous la pluie, le bouclier de Brennus s'élève dans le ciel auvergnat, juste au-dessus de la statue de l'iconique capitaine de l'ASM qui célèbre le titre originel de 2010. Samedi soir, les Clermontois pourraient bien ramener le troisième Bouclier place de Jaude.

« Une semaine de finale, c'est agréable à vivre », souriait Bernard Goutta mardi, en conférence de presse. C'est sa troisième de Top 14, et il les avait toutes disputées avec l'USAP, contre Clermont (titre en 2009, défaite en 2010). De l'affiche face à Toulouse qui se présente, l'ancien troisième-ligne déclare : « Tout le monde dit que c'est une finale de rêve. Mais une finale de rêve, c'est quand tu la gagnes ! »

« Je sens le groupe très détendu » - Bernard Goutta, entraîneur des avants clermontois

Avoir décroché deux Brennus (2010, 2017) lors de la dernière décennie puis remporté le Challenge européen contre La Rochelle (36-16) ne minorent pas l'importance de cette finale aux yeux des Jaunards. Encore moins après tous les échecs lors du dernier match vécus dans l'histoire, et après la calamiteuse saison 2017-2018, terminée sans phases finales de Top 14, une triste première depuis douze ans. « L'année dernière a été une expérience très riche, souligne Goutta. Elle nous a permis de retrouver notre humilité et notre culture. On a encore cette colère, elle n'est pas partie. Il nous reste un match. »« On n'a rien gagné encore, prévient Arthur Iturria, prudent. Ça fait plaisir de se retrouver en finale, de faire partie des deux meilleures équipes en France. Mais on va tout faire pour être LA meilleure samedi. »

Le deuxième-ligne reconverti flanker fait partie de cette nouvelle génération auvergnate qui n'a pas forcément connu la malédiction des finales perdues. Pour lui, comme pour bon nombre de ses jeunes coéquipiers (Cancoriet, Penaud, Raka...), le Stade de France revêt plutôt un parfum de victoire avec le sacre de 2017. « On a un peu moins le poids des défaites sur les épaules, et on commence à emmagasiner pas mal d'expérience, confirme l'international français (11 sélections). Mais ce n'est pas parce que tu as gagné dans le passé que tu gagneras dans le futur. On est d'ailleurs assez bien placés pour en parler après notre saison de l'an dernier. À nous de rester consistants pour marquer un peu plus l'histoire du club. »

Preuve de l'expérience accumulée à force de disputer des matchs couperets, l'ASM s'avance vers sa finale avec une décontraction apparente. « Je sens le groupe très détendu », affirme Goutta, pour décrire l'état d'esprit qui accompagne les Jaunards avant de rallier Saint-Denis. Une sérénité que l'on avait déjà observée en demi-finale. Face au LOU (33-13), les Auvergnats ont rapidement été menés. « Mais on ne s'est pas affolés », souligne Iturria. Pour Goutta, « c'est la marque des grandes équipes ». Reste à inscrire de nouveau son nom sur le Brennus.

publié le 12 juin 2019 à 00h05
commentaires (17)
les mieux notés les plus récents
POSEIDO 12 juin 2019

allez Montferrand!!!!

répondre
6
2
voir tous les commentaires... (17) commenter cet article
voir tout chrono, rugby
1 / 10