Top 14 : « Retrouver de la fierté », c'est la priorité de Christophe Urios avec Bordeaux-Bègles

Christophe Urios avec Jean-Baptiste Poux à la reprise de l'entraînement avec l'UBB. (R. Perrocheau/L'Equipe)

Christophe Urios, le nouveau manager de Bordeaux-Bègles évoque le début de l'aventure avec le club girondin.

«L'UBB vient d'effectuer sa première séance d'entraînement. Pour vous, c'était le jour 1 de l'année 1 ?
C'est le début de l'aventure, oui. J'avais envie de changer, de bouger de Castres où j'ai passé quatre ans. Il me semblait que j'avais vraiment fait le tour. En termes de motivation, je cherchais un nouveau challenge. Plusieurs m'intéressaient, dont Bordeaux. Et quand Bordeaux s'est manifesté, ça m'a enthousiasmé dans un premier temps. Et maintenant, depuis la reprise, je suis content d'avoir fait ce choix.

Comment va se dérouler cette présaison ?
Notre intersaison est calée sur deux grandes périodes. Durant, la première, on va intégrer beaucoup de choses dans le fonctionnement, les repères de jeu, de lien à travers le rugby, l'entraînement, les « Bacchus » tout ce tas de petits jeux qui vont nous aider à nous découvrir. Ces trois premières semaines sont essentielles pour trouver et consolider du lien entre nous. La deuxième partie de l'intersaison sera plutôt axée sur la compétition avec les matches de préparation (Toulon, Biarritz, Brive). Surtout, il y a une mission importante, et on commencera par ça : il faut que l'on arrive à regagner le coeur de nos supporters. C'est cela qui est important pour moi, au-delà des objectifs : « Top 6, Top machin... » On s'en fout un peu parce que ce n'est pas la priorité pour moi : faire en sorte de travailler sur cette culture de l'Union, retrouver de la fierté. C'est ce défi qui est important. On va monter en puissance par rapport à tout ça. Toutes les semaines il y aura des nouveautés, et on sera prêt le 24 août (reprise du Championnat).

« Vous imaginez bien que je ne suis pas venu à Bordeaux pour jouer le maintien »

Quand on arrive dans un nouveau club, comment procède-t-on ?
Je ne suis pas un adepte de la table rase. Je prends en compte ce qui existe. L'UBB est un club qui n'arrive pas à atteindre ce qu'il veut atteindre. C'est compliqué, mais il y a du très bon travail de fait. Que ce soit à travers les éducateurs, notre jeunesse, le travail mis en place la saison dernière. Jusqu'au 13 avril ils étaient en passe de se qualifier. Ça veut dire qu'il y a eu du très très bon boulot de fait. Donc, on s'est inspirés de ça évidemment. Après, avec notre staff, les gens qui arrivent, on a apporté notre touche. Et surtout notre état d'esprit, le mien en particulier. On ne dit pas : « Ce que vous faisiez, c'est de la merde. Vous allez voir, on va faire ça, on va gagner ». Je n'ai pas du tout cet état d'esprit. Mais il y a des choses qui vont changer quand même.

Vous avez conscience tout de même qu'avec votre arrivée, les supporters fondent beaucoup d'espoirs de qualification...
Vous imaginez bien que je ne suis pas venu à Bordeaux pour jouer le maintien... Même si le Top 14 est terriblement relevé, on a de l'ambition, le président a de l'ambition, les joueurs en ont, j'en ai. Mais, le résultat sera la conséquence de ce que l'on va y mettre. Arrêtons de parler de Top 6 ! Évidemment qu'on en a tous envie. Il n'y a pas un mec qui va dire : ''Moi, je n'ai pas envie d'aller dans le Top 6''. Pas un ! Mais il ne faut pas non plus qu'on se charge le sac à dos, que parfois on a du mal à libérer. Ce qui est important c'est de travailler la culture de l'équipe, les schémas, l'organisation, faire en sorte que notre organisation soit fluide, que les relations soient fortes entre nous, qu'on ait les idées claires : comment on va jouer ? Et tout simplement, les résultats viendront. Mais comme j'ai dit aux joueurs : ''C'est bien si c'est maintenant. C'est maintenant qu'il faut le faire''.»

publié le 2 juillet 2019 à 14h14 mis à jour le 2 juillet 2019 à 15h37
commentaires (33) commenter cet article
les mieux notés les plus récents
PRUGBY le 02 juillet 2019 à 19h24

La fierté, ça ne se promulgue pas, et je ne vois pas en quoi l'UBB l'aurait perdue en n'étant pas dans le top6, elle n'est pas la seule..c'est un peu affligeant ce genre de rodomontade..

répondre
13
6
voir tous les commentaires... (33)
voir tout chrono, rugby
1 / 10