voir plus...

Demba Bamba dans la liste pour le préparer le Mondial au Japon : « Les coaches m'ont fait confiance »

Le pilier droit briviste (21 ans, 6 sélections), qui évoluera à Lyon la saison prochaine, fait partie de la liste dévoilée mardi par Jacques Brunel pour préparer la Coupe du monde au Japon (20 septembre-2 novembre). Et il n'a pas caché sa joie.

« Quelle est votre première impression, quelques minutes après avoir entendu votre nom dans la liste des 37 joueurs retenus pour préparer le Mondial au Japon (20 septembre - 2 novembre) ?
Franchement, ça fait bizarre d'entendre son nom. On m'avait laissé entendre que c'était possible, que je serai dans la liste, mais une fois que tu l'entends c'est différent. J'ai d'abord pensé à mes débuts en sélection, au mois de novembre. À l'époque, je me disais que j'allais jouer des bouts de match en fin de rencontre. Je n'étais pas sûr que j'allais revenir par la suite lors du Tournoi. On peut dire que disputer la Coupe du monde est un rêve de gosse même si je n'ai pas commencé le rugby très tôt. Je rêvais d'évoluer au plus haut niveau dans le sport.

Vous pensez à vos proches en ce moment ? 
Oui, à ma famille qui a un sourire de malade depuis mes débuts internationaux. Mes parents avaient peur de me laisser partir (de Saint-Denis pour rejoindre Brive). Je suis parti assez tôt à 16 ans. Au bout de quelques années, j'ai pu leur montrer que je pouvais me débrouiller. J'y suis arrivé grâce à ma persévérance, le fait de croire en soi. Tout s'est enchaîné, les contrats pros, le titre avec les moins de 20 ans... Chaque année j'ai fait plus que ce que je m'étais promis. Mais je ne me prends pas plus la tête que ça avec le chemin parcouru. J'avance, je ne pense pas trop au passé parce que je sais que si je fais un gros match, il faut que je réussisse la même performance au match suivant.

« La blessure m'a fait peur »

Avez-vous eu peur de ne pas être dans la liste après votre blessure en mai (hernie cervicale) ?
Oui, j'ai eu peur de ne pas y être. Je ne connaissais pas ça, je ne savais pas combien de temps ça allait prendre pour me remettre sur pied. Je me suis dit que le staff pourrait ne pas prendre de risque en prenant un autre pilier. Je n'arrivais pas à dormir la nuit, ma hernie me faisait des douleurs atroces. Je me suis dit : "ce n'est pas possible, ça ne va pas le faire." Je me suis fait opérer et le docteur m'a expliqué la possibilité de jouer vers la mi-août. Les coaches m'ont fait confiance, j'ai laissé une bonne image de moi. »

Jacques Brunel (sélectionneur XV de France) sur Demba Bamba

publié le 18 juin 2019 à 13h46 mis à jour le 18 juin 2019 à 14h42
commentaires (14) commenter cet article
les mieux notés les plus récents
tenu le 18 juin 2019 à 16h30

Bon alors, on se met au français ? On ne dit pas "CAUTCH" mais entraîneur en chef, entraîneur des avants, entraîneur des arrières. On laisse filer notre langue dans le gouffre de la mondialisation.

répondre
5
5
voir tous les commentaires... (14)
voir tout chrono, rugby
1 / 10