Afrique du Sud : mort de l'ailier James Small, champion du monde 1995, à l'âge de 50 ans

?James Small, ici au duel avec Jonah Lomu en finale de la Coupe du monde 1995, est décédé à 50 ans. (D. Fèvre/L'Equipe)

James Small, titulaire à l'aile des Springboks champions du monde à domicile en 1995, est décédé mercredi, à l'âge de 50 ans.

Inamovible ailier de l'Afrique du Sud dans les années 1990, James Small est décédé mercredi, selon la presse sud-africaine, vraisemblablement des suites d'une crise cardiaque. Il était âgé de 50 ans.

James Small avait cumulé 47 sélections entre 1992 et 1997. Il avait disputé quatre matches lors de la Coupe du monde 1995, à domicile, sans inscrire le moindre essai. Mais en finale, contre la Nouvelle-Zélande, il avait réussi à contenir le surpuissant All Black Jonah Lomu.

« Je me suis fait chier durant cette Coupe du monde. Je me suis fait marcher sur la cuisse dès le premier entraînement, j'ai touché deux ballons pour le match d'ouverture, et ensuite j'ai récolté une contracture, racontait-il dans nos colonnes juste avant la finale. Il suffit que je marque un essai, que je plaque Jonah Lomu et je redeviens un héros. C'est marrant, on m'a demandé de me calmer, d'être plus convenable sur le terrain. En fait, je pense que pour arrêter Lomu, il faut que je sois comme avant. J'ai besoin d'ouvrir ma grande gueule pour être bon. Un peu comme John McEnroe. J'ai un avantage sur Lomu : moi, j'ai connu le danger, le vrai danger. Le truc où tu risques ta vie, dans la rue. Pas lui. J'ai eu peur. Le terrain, c'est de la rigolade à côté de ça. Tout ce qui va me gêner, c'est un mec qui pèse 120 kg ? Et alors ? »

Le bad boy du rugby sud-africain

James Small en 2007. (B.Papon/L'Équipe)

C'est que James Small n'était pas un enfant de choeur. À l'automne 1994, il avait été exclu des Sprinboks pour une bagarre dans une boîte de nuit de Durban. En 1993, il avait été le premier Springbok expulsé lors d'un match international, pour avoir lancé à l'arbitre anglais Ed Morrison, lors d'un match contre l'Australie, un ironique : « Bien joué monsieur l'arbitre ! » Hors rugby, il racontait une enfance difficile, des parents séparés aux engueulades terrifiantes : « Je suis instable, émotif, nerveux et parfois angoissé. » La drogue, la bagarre, il était passé par là. Il s'était aussi démarqué en jouant les mannequins. Y gagnant une réputation de bad boy du rugby sud-africain.

Après sa carrière de joueur, il s'est notamment occupé du Pirates Rugby Club, à Johannesburg, contre lequel les Bleus s'étaient entraînés en 2017, pendant leur tournée en Afrique du Sud.

James Small est le troisième champion du monde 1995 décédé, après Ruben Kruger, des suites d'une tumeur au cerveau, en 2010, et Joost Van der Westhuizen, en 2017, des suites de la maladie de Charcot.

publié le 10 juillet 2019 à 15h31 mis à jour le 10 juillet 2019 à 15h38
commentaires (48) commenter cet article
les mieux notés les plus récents
mercury86 le 10 juillet 2019 à 17h16

Quand on pense que le film INVICTUS glorifie le pire scandale de l'histoire du rugby...

répondre
47
6
voir tous les commentaires... (48)