voir plus...

Coupe du monde : Amel Majri savoure la ferveur autour des Bleues

Amel Majri, la défenseuse des Bleues, se réjouit de l'engouement national né après le premier match de l'équipe de France, vendredi face à la Corée du Sud (4-0).

Julie Debever, la défenseuse des Bleues, explique que l'équipe de France n'a pas été perturbée par l'engouement populaire né après le match d'ouverture du Mondial. (S.Boue/L'Equipe)

Coupe du monde : Amel Majri savoure la ferveur autour des Bleues

Amel Majri, la défenseuse des Bleues, se réjouit de l'engouement national né après le premier match de l'équipe de France, vendredi face à la Corée du Sud (4-0).

Elles s'y attendaient, mais peut-être pas à ce point. En battant la Corée du Sud (4-0) vendredi soir dans un Parc des Princes comble, les Bleues ont pu mesurer à quel point elles avaient changé de monde en l'espace de quelques jours sur le plan de la notoriété.

Si les Lyonnaises comme Amandine Henry, Eugénie Le Sommer et Wendie Renard étaient déjà des personnalités reconnues, l'exposition médiatique des 23 tricolores a explosé ces derniers jours, et les 11 millions de téléspectateurs réunis pour le match d'ouverture ont évidemment fait réagir à l'intérieur du groupe. « On essayait de comparer avec les garçons, et franchement on ne s'attendait pas du tout à ça », s'étonnait mardi Amel Majri, alors que les joueurs de Didier Deschamps n'ont réuni que 5,1 millions de personnes devant les écrans lors de leur défaite en Turquie, samedi (0-2). « J'espère qu'avec les prochaines rencontres on fera aussi bien, ajoutait la défenseuse lyonnaise. On ne s'en rend pas forcément compte sur le coup, mais voir autant d'engouement au niveau du public ou de l'audience qu'on a pu faire, c'est top. Sentir toute cette ferveur ça nous pousse, ça nous propulse. »

Les 6 000 places restantes pour le deuxième match parties en une journée

Les joueuses, pour la plupart très connectées, ont reçu plusieurs centaines de notifications sur les réseaux sociaux. Dans leur bulle au sein d'une résidence de luxe à Mougins (Alpes-Maritimes), elles ont évidemment profité de leur dimanche après-midi libre pour jeter un oeil à ce qui avait pu être dit ou écrit sur elles.

Une grande majorité des joueuses ont des personnes chargées d'alimenter leurs réseaux ou de gérer leur image, et ont eu des retours. Elles ont également pu constater l'engouement des 500 spectateurs venus les voir dimanche à l'entraînement à Mandelieu-la-Napoule. L'euphorie est là mais elles savent que le recul va être essentiel. « On nous a mis en garde sur d'éventuelles prochaines critiques qui arriveront certainement, mais on est toutes prêtes à gérer cela du mieux possible, expliquait mardi la défenseuse de Guingamp Julie Debever. On en parle depuis quelques mois, on savait qu'au niveau notoriété ça allait un petit peu exploser. Pour la plupart, les joueuses sont déjà prêtes, notamment les Lyonnaises. Ce n'est pas difficile à gérer. »

« Vendredi, c'était une soirée assez exceptionnelle, c'est vrai. On a répondu présentes, mais il va falloir faire cela sur tous les matches », se projetait lundi Grace Geyoro, l'une des joueuses les plus accros à Instagram. La Parisienne estimait que le groupe redescendait « petit à petit » du nuage sur lequel il était monté. Selon la capitaine Amandine Henry, le groupe est focalisé sur le jeu et rien d'autre : « Jouer à guichets fermés, c'est un rêve mais on sait que pour garder ça il faut rester performantes sur le terrain. On se concentre d'abord sur ça. » La sélectionneuse Corinne Diacre, assure qu'elle n'a pas eu à faire de prévention. « Je n'ai pas eu besoin de dire quelque chose, les filles sont vraiment concentrées sur l'objectif, il n'y a pas besoin de les rappeler à l'ordre. Le match terminé on avait déjà basculé sur le suivant. »

Si l'attente du public a encore grandi après cette entame réussie - les 6 000 billets restants pour le match de ce mercredi soir partis en une journée au lendemain de la Corée en témoignent - « on n'a pas plus de pression qu'avant le premier match », affirme la technicienne, qui a répété que son équipe suivait rigoureusement le triptyque humilité, travail, sérénité. Avec plusieurs millions de regards braqués sur vous d'un seul coup, ce n'est pas toujours évident de s'y tenir.

publié le 12 juin 2019 à 00h05
voir tout chrono, football
1 / 10