voir plus...

L'Espagne et la Chine qualifiées pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde féminine, comme l'Allemagne, après leur match nul

L'Espagne et la Chine se sont quittées sur un score nul et vierge qui qualifie les deux équipes pour les huitièmes de finale. C'est la toute première fois concernant la Roja qui, sauf improbable défaite des championnes du monde contre la Suède, jeudi, ira défier les États-Unis le 24 juin à Reims.

À égalité de points au coup d'envoi, l'Espagne et le Chine le sont toujours après leur match nul (0-0) réalisé ce lundi au Havre. Et ce résultat profite aux deux équipes, qui se qualifient ainsi pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde féminine, la Roja terminant deuxième à la faveur d'une meilleure différence de buts.

Pour ce troisième match de la phase de groupes, Jorge Vilda avait décidé de mettre la jeunesse au pouvoir afin de profiter de la vitesse de ses deux Garcia, Nahikari et Lucia. Mais après un début de match plein de rythme, au cours duquel Nahikari a dribblé la gardienne chinoise sans pouvoir conclure, l'Espagne est retombée dans le jeu qu'on lui connaît, avec une possession conséquente mais trop peu de verticalité et d'occasions. Il a fallu attendre la 39e minute pour assister au premier tir cadré de la Roja, une tête de Jenni Hermoso repoussée par Peng.

Peng fait le travail

Il y eut néanmoins du mieux après la pause. Une inspiration de Jenni a permis à Lucia Garcia de lancer son homonyme, mais cette dernière a manqué sa frappe (49e). L'Espagne a poussé de plus en plus face à une Chine qui savait qu'un nul l'envoyait en huitièmes, en même temps qu'il lui évitait les États-Unis. Guijarro a tenté sa chance depuis l'entrée de la surface mais Peng est parvenue à se détendre (61e), avant de capter un coup franc de Putellas (70e), de dévier un nouveau pétard de Guijarro (83e) et une volée après rebond de l'intenable Jenni (85e).

Les maigres réactions chinoises étaient vite contenues par une Paredes autoritaire, même si la Parisienne a donné quelques frissons à ses supporters avec une ou deux passes mal assurées. Les coéquipières de Haiyan Wu ont terminé la rencontre sans le moindre tir cadré, mais avec la qualification en poche. L'essentiel est là.

24
24 ans, 10 mois et 29 jours : c'est la moyenne d'âge du onze de départ de l'Espagne contre la Chine. Cinq joueuses de moins de vingt-cinq ans étaient titulaires. Il s'agissait du troisième onze le plus jeune depuis le début de la compétition, après les deux alignés par la Jamaïque.
publié le 17 juin 2019 à 19h51 mis à jour le 17 juin 2019 à 22h50
commentaires (6) commenter cet article
les mieux notés les plus récents
lonewolf859 le 17 juin 2019 à 19h56

Les Espagnoles toujours incapables de scorer et de plus, leur jeu s'est liquéfié dans les dernières 20 minutes avec la fatigue (n'en déplaise au parti-pris des commentateurs de C+) . Il leur faudrait un énorme exploit pour stopper les USA.

répondre
13
0
voir tous les commentaires... (6)
voir tout chrono, football
1 / 10