Coupe du monde 2019 : la France fait preuve de caractère et enchaîne contre la Norvège

Cinq jours après une entrée en matière réussie face à de faibles Sud-Coréennes (4-0), l'équipe de France a fait preuve de caractère pour battre la Norvège (2-1), mercredi à Nice. Les Bleues sont presque qualifiées pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde.

Le match : 2-1

D'une soirée à l'autre, il y avait quasiment la même équipe de France, la même ferveur populaire dans les travées d'une Allianz Riviera pleine à craquer, mais un tout autre adversaire. Car la Norvège, que l'équipe de France a battue (2-1), n'était pas cette petite équipe de Corée du Sud, que les Bleues avaient concassée en ouverture du Mondial (4-0), cinq jours plus tôt.

Non, cette Norvège était coriace, et le choc a eu lieu. Sans être toujours brillante, la France a plus qu'assuré l'essentiel : elle a réussi son test des phases de groupe et confirmé l'élan né de ce premier succès, l'autre jour au Parc des Princes. La première mi-temps a pourtant été difficile : après vingt minutes où les Bleues ont été étouffées par le bloc norvégien, à un moment où Majri a sauvé sur sa ligne une tête d'Engen (14e), les joueuses de Corinne Diacre ont d'abord manqué d'adresse dans la finition. Diani (17e, 29e) s'est montrée trop timide, et la surprise du onze, Valérie Gauvin (voir ci-dessous), a manqué trois fois de justesse (24e, 25e, 31e).

Mais le choix fort de Corinne Diacre a marqué, d'une reprise du gauche après un centre d'Amel Majri, juste après la pause (46e) et lancé les Bleues. Wendie Renard a d'abord remis la Norvège dans le match, en marquant contre son camp alors qu'il n'y avait pas vraiment de danger, mais sa coéquipière lyonnaise Eugénie Le Sommer, incertaine avant le match, a transformé un penalty (72e) que Torrent avait provoqué, après intervention du VAR. La fin de match n'a pas été simple, mais sur la route des matches couperets, la France n'a pas craqué. Et, sauf improbable résultat contre le Nigeria lundi (21 heures), elle sera en huitièmes de finale. La fête peut continuer. Le plaisir, aussi.

La joueuse : Valérie Gauvin, la rédemption

Surprise lors de l'annonce des compositions : Valérie Gauvin, écartée du onze français contre la Corée du Sud à cause de ses retards à l'entraînement, a été alignée par Corinne Diacre. Et le choix fort de la sélectionneuse s'est avéré payant : l'avant-centre montpelliéraine s'est montrée très disponible bien qu'imprécise (24e, 25e, 31e). Mais juste après la pause, elle s'est défait du marquage des défenseuses norvégiennes pour reprendre d'une reprise du gauche le centre d'Amel Majri et inscrire son premier but en Coupe du monde. Elle aurait même pu marquer un doublé (57e) si elle s'était montrée plus puissante et précise.

12
Eugénie Le Sommer est inarrêtable. L'attaquante lyonnaise a inscrit, d'un penalty imparable (72e), son douzième but sur ses douze derniers matches en équipe de France. Avec 76 réalisations, elle se rapproche du record de Marinette Pichon (81 buts).
publié le 12 juin 2019 à 22h53 mis à jour le 13 juin 2019 à 10h32
commentaires (416) commenter cet article
les mieux notés les plus récents
pataud47 le 12 juin 2019 à 22h59

Toujours le même problème avec l'EDF son manque d'efficacité. De nombreuses occasions gâchées en première mi-temps.

répondre
70
13
voir tous les commentaires... (416)
voir tout chrono, football
1 / 10