voir plus...

Coupe du monde 2019 : la Chine met l'accent sur l'attaque

La Chinoise Wang Shuan, ici contre l'Afrique du Sud. ( Reuters)

Les « Roses d'acier », opposées ce mardi à l'Italie (18 heures) en huitièmes de finale de la Coupe du monde, ont beaucoup travaillé ces derniers jours afin de combler leurs lacunes offensives.

Elle est toujours là, un peu moins fringante avec sa blessure à une cheville, mais prête, évidemment, à rappeler que les Chinoises savent aussi marquer des buts. Pour être sûr de pouvoir l'aligner ce mardi contre l'Italie, Jia Xiuquan a donné pendant ces huit jours sans match (depuis le 0-0 face à l'Espagne, le 17 juin) des séances d'entraînement supplémentaires à Wang Shanshan (29 ans), l'attaquante qui avait marqué le but vainqueur en huitièmes de finale il y a quatre ans contre le Cameroun (1-0).

Celle-ci est même devenue, depuis, « la diva aux neuf buts » après avoir inscrit neuf des seize buts face au Tadjikistan (16-0, le 20 août 2018) lors des derniers Jeux Asiatiques. En seulement vingt-neuf minutes !

La Chine a besoin de toutes ses ressources pour accéder à nouveau aux quarts de finale, notamment ses ressources offensives puisqu'elle n'a inscrit jusqu'alors qu'un seul but, face à l'Afrique du Sud (1-0), par Li Ying. « Le foot a besoin d'équilibre, admet le sélectionneur, et nous sommes effectivement en souffrance sur l'aspect offensif. »

« Nous sommes passionnées et nous sommes prêtes » - Wang Shuan, attaquante du PSG

Bien sûr, les Chinoises ont travaillé pour s'améliorer dans ce domaine. Sans rien révolutionner. « Nous avons un style qui nous est propre, explique l'attaquante du PSG, Wang Shuan, et nous devons le développer. Le coach a beaucoup insisté ces derniers jours sur la confiance que nous devons avoir en nous-mêmes. Nous devons notamment adapter nos comportements offensifs. Il y a un manque à combler dans notre mentalité à ce propos. »

Les Chinoises ont ainsi eu recours à des préparateurs mentaux et elles travaillent au quotidien devant le but pour soigner leur efficacité. « Depuis une dizaine d'années, insiste Jia Xiuquan, nous avons surmonté différents défis et le fait de dépasser à chaque fois la phase de groupes (*) signifie que nous avons développé une mentalité assez forte. Mais, si nous avons amélioré notre état d'esprit, il faut maintenant améliorer nos compétences. »

C'est le prix à payer pour vivre un nouveau quart de finale. « Nous sommes passionnées et nous sommes prêtes, assure Wang Shuan. Nous montrerons un état d'esprit tout à fait différent face à un adversaire qui a beaucoup progressé. Nous prendrons les choses en main... »

(*) La Chine est au moins allée en quarts de finale à chacune de ses participations, soit six fois lors des sept Coupes du monde précédentes.

publié le 25 juin 2019 à 10h00
commentaires (3) commenter cet article
les mieux notés les plus récents
DEXTER77139 le 25 juin 2019 à 18h34

Chinoises "rugueuses" Les italiennes se font saké...

répondre
0
0
voir tous les commentaires... (3)
voir tout chrono, football
1 / 10