Tour de France : Julian Alaphilippe récupère le Maillot Jaune lors de la 8e étape, remportée par Thomas De Gendt

Julian Alaphilippe et Thibaut Pinot s'envolent dans la côte de la Jaillère. (B. Papon/L'Equipe)

Le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) a enfilé de nouveau la tunique de leader samedi à Saint-Étienne, grâce à un superbe coup de panache en compagnie de Thibaut Pinot (Groupama-FDJ). Le Belge Thomas De Gendt (Lotto Soudal) s'est imposé.

Julian Alaphilippe s'est de nouveau paré de la tunique jaune à Saint-Etienne ce samedi, après un numéro au côté de son compatriote Thibaut Pinot (Groupama-FDJ). Alors que Thomas De Gendt (Lotto Soudal), échappé depuis le kilomètre zéro résistait et s'envolait vers la victoire à l'ombre du stade Geoffroy-Guichard, les deux Français ont offert un magnifique spectacle dans la côte de la Jaillère, situé à 12 kilomètres de l'arrivée.

Comme sur la route d'Épernay lundi, le numéro 1 mondial a profité de la dernière ascension de la journée pour s'extirper du peloton et résister ensuite à son retour jusqu'à la ligne. Cette fois-ci, Thibaut Pinot l'a accompagné. Les deux Français se sont relayés dans ce final haletant pour venir mourir à six petites secondes de De Gendt, vainqueur du jour. Le peloton des favoris, sans Vincenzo Nibali distancé, a terminé à 20 secondes du duo français.

L'essentiel était ailleurs, Julian Alaphilippe, troisième de l'étape, arrache le Maillot jaune à l'Italien Giulio Ciccone (Trek-Segafredo) qui lui avait chipé après une échappée vers la Planche des Belles Filles et Thibaut Pinot s'affirme parmi les favoris du Tour en pointant à la troisième place du général.

Thomas De Gendt surpuissant

Six secondes au général séparaient seulement Julian Alaphilippe et Giulio Ciccone depuis la terrible rampe finale de la "Super Planche" et ses passages à prêt de 25% où le Montluçonnais avait impressionné en étant l'un des plus forts du groupe des favoris lors de cette ascension, seulement doublé par Geraint Thomas et Thibaut Pinot dans les derniers mètres. Après avoir rechargé ses batteries vendredi entre Belfort et Chalon-sur-Saône lors de l'étape la plus longue du Tour (230 km), le Français avait de l'ambition au matin de cette huitième étape casse-pattes de 200 kilomètres entre Mâcon et Saint-Etienne, émaillée par sept côtes répertoriés, entre les Monts du Beaujolais et du Lyonnais. Une étape où Trek-Segafredo s'est sûrement tiré une balle dans le pied en début d'étape.

Dès le kilomètre zéro, l'Américain Ben King (Dimension Data), le Belge Thomas De Gendt (Lotto-Soudal) puis le Néerlandais Niki Terpstra (Total-Direct Energie) se sont dressés sur les pédales. Plusieurs coureurs ont tenté de relancer. Mais le trio prenait de l'avance. L'Italien Alessandro De Marchi (CCC) s'est quand même lancé à leur poursuite et après 20 kilomètres de chasse, a pu intégrer la tête de course. On pensait voir l'écart grandir avec quatre fuyards mal classés au général, mais l'équipe américaine Trek-Segafredo, galvanisée par le maillot jaune de son jeune et talentueux grimpeur italien, a décidé de rouler pour limiter l'écart en début d'étape. Cela a incité des équipes à collaborer. La Bora-Hansgrohe de Peter Sagan et la Sunweb de Michael Matthews pour commencer, et ensuite la Deceuninck-Quick Step de Julian Alaphilippe.

À l'avant de la course, Thomas De Gendt est passé en tête de toutes les difficultés pour protéger son coéquipier et meilleur grimpeur Tim Wellens. Il était l'homme le plus fort à l'avant et a fait craquer à lui seul Niki Terpstra et Ben King dans la côte de la Croix de Part. Le Belge et Alessandro De Marchi ont alors repris du temps au peloton. Mais d'autres formations, comme Astana et EF Education First, ont pris la chasse à leur compte. L'infatigable Thomas De Gendt a insisté et a laissé sur place l'Italien de la CCC au pied de la difficile côte de la Jaillère (1,9 km à 7,9%), situé à un peu plus de 12 kilomètres de l'arrivée.

Le duo tricolore a plongé vers le pays des « Verts »

Julian Alaphilippe a profité de cette dernière ascension répertoriée du jour pour s'envoler, avec Thibaut Pinot. Au sommet, le Français a empoché les cinq secondes de la deuxième place du point bonus devant son compatriote de la Groupama-FDJ. Cela ne lui donnait pas encore l'avantage au général, lui qui comptait six secondes de retard au départ.

Le duo tricolore a alors plongé à toute vitesse vers le pays des « Verts ». Au pied du stade Geoffroy-Guichard, Thibaut Pinot a pris la deuxième place devant Julian Alaphilippe, à nouveau leader de la Grande Boucle.

Julian Alaphilippe n'a pas mis longtemps pour reprendre la tunique jaune. (B. Papon/L'Equipe)

Le 14 juillet, jour de fête nationale, sur l'étape très vallonnée entre Saint-Étienne et Brioude, fief de Romain Bardet, le Maillot Jaune sera français.

publié le 13 juillet 2019 à 17h27 mis à jour le 13 juillet 2019 à 20h46
commentaires (613) commenter cet article
les mieux notés les plus récents
adrien15250 le 13 juillet 2019 à 17h29

Julian tu nous fais rêver, c'est avec des courses comme aujourd'hui qu'on reprend goût à regarder le cyclisme

répondre
800
43
voir tous les commentaires... (613)
voir tout chrono, cyclisme sur route
1 / 10