Euroligue : le finaliste perdant de l'Eurocoupe qualifié à partir de la saison prochaine

L'Eurocoupe délivrera une deuxième place pour l'Euroligue à l'issue de la saison prochaine. (Euroleague)

Les actionnaires de l'Euroligue, réunis jeudi, ont validé les nouvelles modalités de qualification pour la principale compétition européenne : désormais, le finaliste perdant de l'Eurocoupe disputera l'Euroligue la saison suivante.

C'est le principal enseignement à retenir de la réunion des actionnaires de l'Euroligue qui s'est tenue jeudi, à Munich (Allemagne) : le finaliste battu de l'Eurocoupe, l'antichambre de l'Euroligue, sera lui aussi convié à disputer l'Euroligue la saison suivante à partir de l'exercice 2019-2020.

Les modalités de participation à la compétition reine sont donc les suivantes : onze clubs licenciés, deux clubs issus de l'Eurocoupe (le vainqueur et le finaliste), deux clubs « associés » - dont l'ASVEL et le Bayern Munich - ainsi que trois wild-cards. Ces wild-cards concernent notamment les Championnats d'Espagne, d'Allemagne et de la ligue Adriatique, avec une priorité pour cette dernière.

L'accès à l'Euroligue est donc plus simple pour les clubs participant à l'Eurocoupe et ne bénéficiant pas d'une wild-card ou d'une invitation. Limoges (invité), Monaco et Nanterre seront les trois clubs français concernés lors de la saison à venir.

Une exception
L'Euroligue a toutefois ajouté une exception qui pourrait empêcher le finaliste perdant de l'Eurocoupe d'accéder à l'Euroligue : le meilleur des deux clubs - comprendre le mieux classé - issus de l'Eurocoupe la saison précédente (Valence et l'Alba Berlin en 2019-2020) sera maintenu en Euroligue s'il parvient à se qualifier pour les play-offs. Dans ce cas, précis, seul le champion d'Eurocoupe serait alors qualifié pour l'Euroligue la saison suivante.
publié le 11 juillet 2019 à 16h35
commentaires (2) commenter cet article
les mieux notés les plus récents
NumberDix le 12 juillet 2019 à 13h52

Je dirais que le changement le plus important n'est pas la qualification du finaliste de l'Eurocup (une bonne chose), mais plutôt la fin des qualifications sportives automatiques pour l'Espagne, l'Allemagne, l'Adriatique et la Russie. Ce sera à présent des wild-cards, ce qui veut dire que l'EuroLeague peut tout aussi bien choisir un club turc ou français si ça lui chante. Les Russes par exemple perdent un ticket garanti : seul le CSKA est assuré de jouer l'EuroLeague.

répondre
12
0
voir tous les commentaires... (2)